Quelques points de dentelle

L’appellation dentelle de Bruxelles regroupe plusieurs types de dentelles réalisées à Bruxelles et ailleurs dans le pays.

Drochel , fond drochel
Fond à mailles hexagonales réalisé aux fuseaux et utilisé à l’origine entre les motifs. Ensuite réalisé en bandes de trois centimètres de large, assemblées de façon imperceptible par un point de raccroc, ce fond servit de base à la dentelle d’application. Cette dénomination est une interprétation en français d’une déformation du dialecte bruxellois-brabançon «  draysel(s) » et « drayselgront » figurant dans les documents bruxellois du 18e siècle. Ces termes liés au verbe « draaien » (= tourner en néerlandais) renverraient aux torsions effectuées avec les fuseaux pour réaliser les mailles du fond en question.
 
Point d’Angleterre
Dentelle aux fuseaux sur un fond de maille à l’aiguille.
 
Dentelle Duchesse (dès 1850)
Dentelle fleurie aux fuseaux et médaillons à l’aiguille ainsi dénommée en l’honneur de la duchesse de Brabant, la future reine Marie-Henriette.
 
Application de Bruxelles sur tulle (19e siècle)
Application de fleurs et feuilles naturalistes et pourvues de nervures en relief sur un fin tulle de coton ; le réseau reste dans l’application, visible à l’envers. Les meilleures pièces se distinguent par les effets d’ombre, de trompe-l’œil et de perspective. La commercialisation ultérieure de ce type de dentelle mena à réaliser le décor au moyen d’un ruban tissé mécanique. Cette prétendue dentelle de Bruxelles au lacet ne peut plus être considérée comme de la véritable dentelle mais comme une imitation.
 
Point de gaze ou de rose (dès 1870)
Fond constitué d’un réseau de mailles exécuté à l’aiguille à l’aide d’un seul fil. Cette dentelle est aussi dénommée point de rose en raison du riche décor floral souvent composé de roses.